Un ours polaire géant partage avec bonheur son enclos de zoo avec trois chats

L’ours polaire est peut-être l’un des animaux les plus féroces du monde, mais un géant de l’Arctique a montré son côté plus doux après s’être lié d’amitié avec deux chats dans un zoo d’Almaty, dans le sud du Kazakhstan. Des images d’un visiteur du zoo montrent clairement les chats se détendant avec l’énorme ours, complètement indifférents au fait qu’un gros ours mortel marchait à pas plus de quelques mètres du zoo.

L’ours polaire n’a absolument aucun prédateur naturel dans la nature, mais les chats ne semblent pas rebutés par ce fait. Les rapports suggèrent que les animaux sont amis et ont maintenant développé un lien spécial et une compréhension mutuelle.
En fait, l’ours carnivore semblait plus préoccupé par les visiteurs du zoo, rêvant peut-être d’un plus gros repas en dehors des deux petits chats.
À l’intérieur du petit complexe, l’ours monte et descend le long de la clôture de l’enceinte, souhaitant probablement qu’il n’y ait pas les barreaux qui le séparent de la longue file de visiteurs qui regardent de l’autre côté.

Des témoins pensent que l’ours n’est pas allé chercher les chats parce qu’il est normalement très bien nourri et à cause de cela a eu l’opportunité de développer un lien unique avec les petits animaux. Une femme qui a été témoin de l’incident, Yulia Mamirbayeva, a écrit sur sa page Facebook : «Non seulement le tigre Amur est ami avec la chèvre Timur, mais nous avons une situation où un ours est ami avec des chats.»
Elle faisait référence à une incroyable amitié formée entre un tigre et une chèvre dans un zoo russe.
La chèvre était censée être le déjeuner du tigre, mais le couple est devenu l’un des amis les plus improbables du règne animal.

Les rapports indiquent qu’ils se promènent ensemble tous les jours et que c’est la chèvre qui est entièrement responsable de la relation.
Les ours polaires sont désormais répertoriés comme vulnérables à l’extinction par le Fonds mondial pour la nature (WWF). L’Union soviétique a interdit la chasse de l’animal en 1956, mais le braconnage a été un risque, en particulier dans des régions telles que Chukotka, qui se trouve dans le nord-est de la Russie, où les ours se sont en fait approchés des villages côtiers à mesure que la glace de mer rétrécissait.
D’ailleurs, de qui se moque-t-on ? Nous CONNAISSONS les chats. Les chats gèrent l’enclos des ours. Ils lui permettent simplement d’y résider.

(Visited 9 times, 1 visits today)